• La saga Dune de Frank Herbert, Brian Herbert et Kevin J. Anderson

                Dune, de Franck Herbert, un des livres de science-fiction les plus lus au monde, considéré à juste titre comme le meilleur du genre : « Je ne connais rien de comparable à Dune excepté Le Seigneur des Anneaux » a même écrit Arthur C. Clarke (l’auteur de 2001 : l’Odyssée de l’Espace et de Rendez-vous avec Rama) ! Vainqueur du prix Nebula en 1965 puis du prix Hugo un an plus tard, ce roman n’est en fait que le début d’une incroyable saga qui se continue encore (et hélas ?) aujourd’hui, malgré la mort de Franck Herbert en 1986.

    Cette série méritait bien un article détaillé, et ce sera même le plus long article de ce blog !

    <o:p> </o:p>

    Sommaire :<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

    -Ordres de lecture de la saga Dune<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    I°) Dune par Frank Herbert :<o:p></o:p>

    • Le cycle de Dune :

    -         Dune<o:p></o:p>

    -         Le Messie de Dune

    -         Les Enfants de Dune

    -         L’Empereur-Dieu de Dune

    -         Les Hérétiques de Dune

    -         <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> des Mères

    -         <st1:personname productid="La Route" w:st="on">La Route</st1:personname> de Dune

    -         Biographie de Frank Herbert

    <o:p></o:p>

     

    II°) Les suites de Brian Herbert et Kevin J. Anderson :<o:p></o:p>

    • Avant Dune :

    -         <st1:personname productid="La Maison Atr←ide" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Atréide</st1:personname><o:p></o:p>

    -         <st1:personname productid="La Maison Harkonnen" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Harkonnen</st1:personname><o:p></o:p>

    -         <st1:personname productid="La Maison Corrino" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Corrino</st1:personname><o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    • <st1:personname productid="La Gen│se" w:st="on">La Genèse</st1:personname> de Dune :

    -         <st1:personname productid="La Guerre" w:st="on">La Guerre</st1:personname> des Machines<o:p></o:p>

    -         Le Jihad Butlérien<o:p></o:p>

    -         <st1:personname productid="La Bataille" w:st="on">La Bataille</st1:personname> de Corrin<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    • Après Dune :

    -         Les Chasseurs de Dune<o:p></o:p>

    -         Le Triomphe de Dune<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    • Héros de Dune :

    -         Paul de Dune<o:p></o:p>

    -         Les Vents de Dune<o:p></o:p>

    -         Irulan de Dune<o:p></o:p>

    -         Leto de Dune

    <o:p></o:p>

     

    III°) L’univers de Dune :<o:p></o:p>

    • Films :

    -         Dune de David Lynch

    -         La série Dune

    -         Dune de Peter Berg

    • Jeux
    • Pour plus d’informations

    <o:p> </o:p>

    <o:p>    </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ordres de lecture de la saga Dune :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                Comme la série Dune a été écrite par plusieurs auteurs, l’ordre de parution des romans ne suit pas l’ordre chronologique des évènements de l’univers de Dune. Toutefois, il est fortement conseillé de lire la série en suivant l’ordre de parution.

    <o:p> </o:p>

    Ordre de parution :

    -         Dune de Frank Herbert en 1965

    -         Le Messie de Dune de Frank Herbert en 1969 (Dune Messiah)

    -         Les Enfants de Dune de Frank Herbert en 1976 (Children of Dune)

    -         L’Empereur-Dieu de Dune de Frank Herbert en 1981 (God Emperor of Dune)

    -         Les Hérétiques de Dune de Frank Herbert en 1984 (Heretics of Dune)

    -         <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> des Mères de Frank Herbert en 1985 (Chapterhouse, Dune)

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Maison Atr←ide" w:st="on">La Maison Atréide</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 1999 (Dune : House Atreides)

    -         <st1:personname productid="La Maison Harkonnen" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Harkonnen</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2000 (Dune : House Harkonnen)

    -         <st1:personname productid="La Maison Corrino" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Corrino</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2001 (Dune : House Corrino)

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Guerre" w:st="on">La Guerre</st1:personname> des Machines de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2002 (Dune : The Butlerian Jihad)

    -         Le Jihad Butlérien de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2003 (Dune : The Machine Crusade)

    -         <st1:personname productid="La Bataille" w:st="on">La Bataille</st1:personname> de Corrin de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2004 (Dune : The Battle of Corrin)

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Route" w:st="on">La Route</st1:personname> de Dune de Franck Herbert, Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2005 (The Road to Dune)

    <o:p> </o:p>

    -         Les Chasseurs de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2006 (Hunters of Dune)

    -         Le Triomphe de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en en 2007 (Sandworms of Dune)

    <o:p> </o:p>

    -         Paul le Prophète de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2008 (Paul of Dune)

    -         Les Vents de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2009 (Winds of Dune)<o:p></o:p>

    -         Irulan de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en en 2010 (Irulan of Dune)<o:p></o:p>

    -         Leto de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2011 (Leto of Dune)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ordre de chronologique :

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Guerre" w:st="on">La Guerre</st1:personname> des Machines de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2002 (Dune : The Butlerian Jihad)

    -         Le Jihad Butlérien de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2003 (Dune : The Machine Crusade)

    -         <st1:personname productid="La Bataille" w:st="on">La Bataille</st1:personname> de Corrin de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2004 (Dune : The Battle of Corrin)

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Maison Atr←ide" w:st="on">La Maison Atréide</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 1999 (Dune : House Atreides)

    -         <st1:personname productid="La Maison Harkonnen" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Harkonnen</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2000 (Dune : House Harkonnen)

    -         <st1:personname productid="La Maison Corrino" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Corrino</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2001 (Dune : House Corrino)

    <o:p> </o:p>

    -         Dune de Frank Herbert en 1965

    -         Paul le Prophètee de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2008 (Paul of Dune)

    -         Le Messie de Dune de Frank Herbert en 1969 (Dune Messiah)

    -         <st1:personname productid="La Route" w:st="on">La Route</st1:personname> de Dune de Frank Herbert, Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2005 (The Road to Dune)

    -         Les Enfants de Dune de Frank Herbert en 1976 (Children of Dune)

    -         L’Empereur-Dieu de Dune de Frank Herbert en 1981 (God Emperor of Dune)

    -         Les Hérétiques de Dune de Frank Herbert en 1984 (Heretics of Dune)

    -         <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> des Mères de Frank Herbert en 1985 (Chapterhouse, Dune)

    <o:p> </o:p>

    -         Les Chasseurs de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2006 (Hunters of Dune)

    -         Le Triomphe de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en en 2007 (Sandworms of Dune)

    <o:p> </o:p>

    -         (?) Les Vents de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2009 (Winds of Dune)<o:p></o:p>

    -         (?) Irulan de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en en 2010 (Irulan of Dune)<o:p></o:p>

    -         (?) Leto de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson en 2011 (Leto of Dune)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    I°) Dune par Franck Herbert :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Dune de Frank Herbert (1965)

                C’est le premier livre écrit de la série, le plus connu, le plus important, de loin le meilleur, le chef-d’œuvre de Frank Herbert.

     

                                

    <o:p> </o:p>

                « Sur Dune, la planète des sables, germe l'épice qui donne longévité et prescience. A cause de l'épice, tout l'empire galactique du Padishah Shaddam IV tourne autour de Dune, âprement convoitée par les nobles maisons du Landsraad et <st1:personname productid="la Guilde" w:st="on">la Guilde</st1:personname> des Navigateurs.
    Leto Atréide, Duc et cousin de l'Empereur, a reçu Dune en fief. Pour peu de temps. En 10191 (après Guilde), il meurt assassiné. Mais son fils, Paul avec sa mère, trouve asile dans les repaires du peuple Fremen, indompté, invaincu, la lie de Dune pour certains, le sel de la terre pour d'autres. Paul grandit dans le désert et forge l'arme de sa vengeance. » (Résumé de l’édition Pocket)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                Difficile de donner un résumé de Dune tant l’histoire est complexe, et donc passionnante. Dès les premières pages, on est captivé par l’univers incroyable que tisse Herbert autour de son personnage de Paul. C’est cet univers qui va perdurer et inciter l’écriture des autres livres de la saga.

                Superbement écrit, grâce aux changements alternatifs de personnages qui permettent à l’auteur de nous faire voir et comprendre la formidable intrigue sous toutes ses facettes, éclaircissant tous les enjeux. Plus encore, le recours récurrent à l’écriture des pensées et jugements de ses multiples  personnages, Frank Herbert nous plonge dans son univers. Tout semble alors plus vraisemblable, et les émotions sont superbement bien rendues.

                Quant aux thèmes de ce chef-d’œuvre, comme l’écologie, la drogue, les manipulations génétiques, ils ne peuvent que fasciner.

                La publication de Dune en 1965, après une parution fragmentée dans des revues de science-fiction, a été un véritable évènement, mais aussi un parcours du combattant pour l’auteur, critiqué pour la longueur de son roman – longueur qui est aujourd’hui devenu une « norme » -,  qui selon les éditeurs allait repousser le public plus habitué à lire de courts romans ou nouvelles dans le style d’Asimov. Mais après de nombreux remaniements, le roman est sorti, a connu un énorme succès critique et public, remportant les prix Nebula et Hugo. Il fait dès lors parti des classiques de la science-fiction : si il n’y avait à lire qu’un seul, ce serait assurément Dune.

    Note : 5/5

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    - Le Messie de Dune de Frank Herbert (1969)

                La suite de Dune a aussi bénéficié d’un énorme succès. Débutant et lançant vraiment la série Dune, puisque le roman original se terminait sur une fin fermée, on y redécouvre les personnages du roman original complètement transformé par leur puissance.

     

                                                                         

    <o:p> </o:p>

                « Paul Atréides a triomphé de ses ennemis. En douze ans de guerre sainte, ses Fremen ont conquis l'univers. Il est devenu l'empereur Muad'Dib. Presque un Dieu, puisqu'il voit l'avenir. Ses ennemis, il les connaît. Il sait quand et comment ils frapperont. Ils vont essayer de lui reprendre l'épice qui donne la prescience et peut-être de percer le secret de son pouvoir. Il peut déjouer leurs plans. Mais il voit plus loin encore. Il sait que tous les futurs possibles ménent au désastre. Il est hanté par la vision de sa propre mort. » (Résumé de l’édition Pocket)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                Evidemment, comme (presque) toutes les suites, Le Messie de Dune ne possède pas toute la force originale de Dune. Franck Herbert va ici installer le schéma narratif qui va caractériser la plupart de ses autres suites. La surprise est de taille pour le lecteur qui découvre ici ses héros bouleversé, mauvais, étant devenus des conquérants. L’écriture de Frank Herbert est toujours aussi efficace, même s’il se laisse peut-être un peu plus aller dans l’incompréhensible (lisez son Destination : Vide). En développant son univers et en l’enrichissant de ce qui va former un des intérêts primordiaux de la série, l’auteur réussit tous ses paris. On ne peut plus qu’attendre la suite.<o:p></o:p>

    Note : 3,5/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                - Les Enfants de Dune de Frank Herbert (1976)<o:p></o:p>

                « Sur Dune, la planète des sables, les prophéties s'accomplissent : le désert devient jardin. Du coup les vers géants se font rares et l'Epice de prescience vient à manquer. Tout ce qui reste de l'épopée de Muad'Dib, c'est un empire conquis, des guerriers déchus, des prêtres tentés par la théocratie. Et les deux jumeaux, Leto et Ghanima, qui portent en eux les souvenirs d'innombrables générations. Y compris, peut-être, l'antique Abomination redoutée par les soeurs du Bene Gesserit et prête à revenir du passé génétique pour faire basculer l'univers dans le cauchemar. Les morts dominent les vivants. Leto devra affronter les uns et les autres dans un combat sans merci dont l'enjeu est plus que la prescience, plus que la longévité : au moins la toute-puissance, et peut-être l'immortalité. » (Résumé de l’édition Pocket)

     

                                     

    <o:p></o:p>

                Les Enfants de Dune est un des romans les plus réussis de l’œuvre de Frank Herbert, grâce à son incroyable fin, toujours éclatante et surprenante, et au suspense qu’il suscite quant à la suite qui suit la fin du roman. C’est avec un plaisir renouvelé que l’on quitte le roman, encore plus impressionné par Franck Herbert et son univers.<o:p></o:p>

    Note : 4/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>    </o:p>

    <o:p></o:p>

                - L’Empereur-Dieu de Dune de Frank Herbert (1981)<o:p></o:p>

                Le deuxième chef-d’œuvre de Frank Herbert, sans aucun doute son meilleur roman après Dune, grâce à son incroyable personnage principal, Leto II, stupéfiant de complexité et de mystère. Ce livre est en fait un véritable portrait de L’Empereur-Dieu, beaucoup mieux esquissé que dans Les Enfants de Dune.

     

                                          <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                « Leto Atréides, l'Empereur-Dieu de Dune, est désormais un ver de sable à face humaine. A peu près invulnérable et immortel, il a entrevu dans l'avenir une terrible menace : l'extinction de l'espèce humaine. Pour la conjurer, il fait respecter impitoyablement, dans l'univers humain, son ordre, le Sentier d'Or. L'Empire a connu trente-cinq siècles de paix. <st1:personname productid="la Guilde" w:st="on">La Guilde</st1:personname> et le Bene Gesserit ont les mains liées : c'est Leto qui contrôle sur Dune les dernières réserves de l'indispensable épice. Les Tleilaxu et les Ixiens n'ont pas désarmé : les premiers livrent régulièrement des répliques piégées de son fidèle ghola, Duncan Idaho; les seconds lui envoient Hwi Noree, la femme parfaite issue d'une éprouvette et chargée à son insu de le séduire et de la détruire. Leto, par sa prescience, voit un avenir où il sera séduit; il voit aussi que pour sauver l'humanité de la mort, il peut être amené à se sacrifier lui-même et à sacrifier la femme qu'il aimera, et qui réveille d'anciens souvenirs. » (Résumé de l’édition pocket)<o:p></o:p>

    Note : 4,5/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                - Les Hérétiques de Dune de Frank Herbert (1984)<o:p></o:p>

                « Plusieurs milliers d'années ont passé depuis que l'Empereur-Dieu de Dune, Leto II, dont l'histoire a conservé le souvenir sous le nom de Tyran, est mort. Sa disparition a entraîné un tourbillon de violences, <st1:personname productid="la Grande Famine" w:st="on">la Grande Famine</st1:personname> puis <st1:personname productid="la Dispersion" w:st="on">la Dispersion</st1:personname> de l'humanité à travers les univers. Ainsi le grand dessein du Tyran a continué de se réaliser : la survie de l'humanité est assurée. Mais les forces qui l'organisent et la travaillent, le Bene Gesserit, le Tleilax, <st1:personname productid="la Guilde" w:st="on">la Guilde</st1:personname> des Navigateurs et les Prêtres de l'Empereur-Dieu, continuent à se disputer l'hégémonie et la source de la prescience et de la longévité, l'épice. Dune, dont le nom est devenu Rakis, demeurera-t-elle la cible de toutes les ambitions alors que le Bene Tleilax a appris à produire de l'épice sans le secours des vers ? C'est l'énigme que doit résoudre <st1:personname productid="la R←v←rende M│re" w:st="on">la Révérende Mère</st1:personname> Taraza alors qu'on lui apprend que, sur Rakis, une jeune fille, presque un enfant, semble pouvoir commander aux vers géants et que, sur tout le pourtour de l'Empire, les Egarés de <st1:personname productid="la Grande Dispersion" w:st="on">la Grande Dispersion</st1:personname> reviennent. A la recherche de quoi ? Ou pourchassés par qui ? » (Résumé de Ailleurs & Demain)

     

    <o:p>                                      </o:p>

    <o:p> </o:p>

                Frank Herbert nous prouve encore qu’il a un talent extraordinaire, et continue à nous surprendre. Son univers s’enrichit, son histoire se développe et s’enrichit. Avec ce tome apparaît de façon claire l’ombre d’une fin, sûrement liée au début de la maladie de l’auteur.<o:p></o:p>

    Note : 4/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>  </o:p>

    <o:p></o:p>

                - <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> des Mères de Frank Herbert (1985)<o:p></o:p>

                Le dernier roman de Frank Herbert, qu’il n’a pas pu entièrement achever. Sa troisième grande réussite ; cette fois-ci, il installe petit à petit les éléments annonçant une fin grandiose. Encore une fois, la saga Dune se complexifie.

     

                                   <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                « Dune est détruite, vitrifiée, atomisée. Avec ses habitants, ses temples et ses palais. Avec ses vers géants qui produisent l'épice. Et sur tout l'Impérium déferlent les hordes des Honorés Matriarches surgies avec tant d'autres peuples étranges de <st1:personname productid="la Dispersion. Elles" w:st="on">la Dispersion. Elles</st1:personname> asservissent sexuellement leurs sujets mâles, ne tolérant aucune opposition, détruisent hystériquement tout ce qui leur fait obstacle, humains, peuples, planètes entières comme Dune. Mais leur cible principale demeure le Bene Gesserit, seule force organisée de l'Impérium après la destruction de Dune et la chute du Bene Tleilax. Pour la première fois de se vie, Odrade, Mère Supérieure de l'Ordre a peut. Tant de planètes sont tombées, tant de vies précieuses ont été effacées !<o:p></o:p>

                Même Lampadas, la planète école a été calcinée. Une poignée à peine de mondes, dix-sept en tout, restent au Bene Gesserit. Et leur secret le mieux gardé, leur forteresse ultime, la planète du Chapitre, risque d'être découverte un jour prochain par les furies et d'être annihilée. Avec l'espoir qu'elle porte! l'espoir du Bene Gesserit, vieux de millénaires, de donner naissance à une humanité meilleure. L'espoir de voir renaître les vers géants, source d'épice, les truites de sables que l'Ordre est parvenu à arracher à Dune avant la catastrophe. Déjà, sur la planète du Chapitre, naguère un merveilleux jardin, le désert s'étend... Contre les furies, Odrade n'a qu'un espoir : un enfant de dix ans, le ghola du Bashar Miles Teg que le légendaire Duncan Idaho, lui-même ghola doit éveiller. Mais si toute la science du combat du Bashar parvient à défaire les furies, pourra-t-elle protéger l'Ordre et le Monde Humain de ce qui rôde dans l'univers extérieur et que fuient les Honorés Matriarches ? » (Résumé de Ailleurs & Demain)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A la fin du livre, un hommage à sa femme Beverly (morte en 1984) par Frank Herbert est ironiquement suivi d’un hommage à l’auteur de Dune, qui meurt en le 11 février 1985.<o:p></o:p>

    Note : 4,5/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                - <st1:personname productid="La Route" w:st="on">La Route</st1:personname> de Dune de Frank Herbert, Brian Herbert et Kevin J. Anderson<o:p></o:p>

                Dans ce recueil sont rassemblés des écrits en relation avec Dune et Le Messie de Dune de Frank Herbert comme des chapitres supprimés ou même une fin rejetée. Mais la majeure partie du recueil est occupée, et c’est là que réside tout son intérêt, par une première esquisse de Dune qu’avait écrite Franck Herbert, et qu’ont remanié son fils Brian Herbert et son allié Kevin J. Anderson, un « pré-roman » que l’on ne peut manquer pour bien comprendre l’univers de Dune.

     

                               

    <o:p></o:p>

                Quelques nouvelles sont aussi présentes, écrites par le duo Brian Herbert et Kevin J. Anderson, de qualité moyenne et sans grand intérêt à part pour prolonger le plaisir du développement de l’univers de Dune.<o:p></o:p>

    Note : 4/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                - Biographie de Frank Herbert (Dunivers)<o:p></o:p>

                « Frank Patrick Herbert est né le 8 octobre 1920 à Tacoma dans l'état de Washington, États-Unis de Frank et Elieen Marie Herbert. Ses parents étaient fermiers près de la ville de Kitsep County. Son enfance, même pendant <st1:personname productid="la Grande D←pression" w:st="on">la Grande Dépression</st1:personname>, est calme, et très jeune il veut devenir écrivain.<o:p></o:p>

                Il fait ses études à l'Université de Washington aux débuts des années quarante et rencontre Flora Parkinson qu'il épouse en 1941. D'abord photographe, il enchaîne les métiers : cameraman, commentateur de radio, pêcheur d'huîtres et même instructeur de survie dans la jungle...<o:p></o:p>

                En 1945, il divorce et rencontre Beverly Ann Stuart et se marie en 1946. Devenu journaliste, il commence à écrire des nouvelles sous un pseudonyme (qui reste encore inconnu ) . A partir des années cinquante, Frank Herbert commence à écrire des récits de science-fiction, publiés dans les magazines Starling stories, Astounding science fiction ou Amazing stories. En 1956, il écrit son premier roman : The Dragon in the sea (Le Dragon sous <st1:personname productid="la Mer" w:st="on">la Mer</st1:personname>) et reçoit l'International Fantasy Award.<o:p></o:p>

                Il publie en 1963 dans le journal de science fiction Analog "The Dune World" qui remporte un franc succès parmi les lecteurs. Il décide de s'en inspirer pour son prochain roman qui verra le jour en 1965 : DUNE, le chef d'oeuvre que nous connaissons. L'éditeur fut difficile à trouver et le succès ne fut pas immédiat mais la série s'imposa comme le best-seller de <st1:personname productid="la S.F" w:st="on">la S.F</st1:personname>, prix Nebula en 1965 et prix Hugo en 1966. <o:p></o:p>

                A partir de 1971, il travaille au Vietman et au Pakistan en tant que consultant en problèmes sociologiques et écologiques. Il publie la suite de Dune : Le messie de Dune puis abandonne provisoirement l'écriture pour se consacrer à l'enseignement et à l'écologie. Il remporte en 1978 le prix Appolo pour son livre, <st1:personname productid="La Ruche" w:st="on">La Ruche</st1:personname> d'Hellstrom et devient Docteur de l'Humanité en 1980 par l'université de Seattle.<o:p></o:p>

                Dino de Laurentiis produit en <st1:metricconverter productid="1984 l" w:st="on">1984 l</st1:metricconverter>'adaptation cinématographique de Dune. Frank Herbert participe activement au projet qu'il trouve fidèle à son oeuvre. Mais le public accueille sans enthousiasme l'adaptation de David Lynch qui se relève un échec commercial. La même année, sa femme décède et il prend pour épouse Teresa Shackleford.<o:p></o:p>

                Atteint d'un cancer pancréatique, Frank Herbert décède le 11 février 1986 au centre d'étude du cancer de l'Université du Wisconsin d'une embolie pulmonaire. »<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    II°) Les suites de Brian Herbert et Kevin J. Anderson :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                Dès les premières pages, on comprend que Brian Herbert et Kevin Anderson n’ont pas le talent de leur prédécesseur. Instaurant le style mécanique et commercial de son écriture, Anderson semble dominer le fils Herbert, et le charme de Dune s’évapore. Les voix intérieures sont le plus souvent absentes, le découpage des chapitres épileptiques, la réflexion et les descriptions cèdent le pas à l’action, toutes les subtilités du dialogue sont effacées… Que reste-t-il ? Des pages, des pages, qui forment des gros pavés... vides de sens.

                En effet le duo d’auteur a écrit bien plus de livres que Frank Herbert, mais aucun de leur livre, ni aucune de leur série n’arrive à la cheville d’un seul roman original.

                Toutes ces réductions de l’écriture sont en partie dues à l’écriture mécanique de Kevin J. Anderson, détenteur du record de l’homme ayant écrit le plus de livres (ce qui veut tout dire), qui écrit non pas des histoires mais des pages, n’approfondit jamais et pense qu’un bon livre est un gros livre…

                Cela dit si l’on veut comprendre l’univers de Dune et avoir des réponses aux questions posées par les tomes de Franck Herbert, ces livres sont intéressants, car les deux écrivains se basent quand même sur les notes qu’a laissé Herbert père, ou si l’on veut simplement prolonger le plaisir que procure la lecture de cette formidable saga Dune.

    <o:p> </o:p>

    • AVANT DUNE :

    -         <st1:personname productid="La Maison Atréide" w:st="on">La Maison Atréide</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (1999)

                « Le Duc Paulus Atréides règne sur Caladan tandis que les Harkonnens exploitent impitoyablement les ressources d'épice d'Arrakis, le monde que ses habitants, les Fremen, appellent Dune. Les fanatiques Theilax, de leur coté, ruminent de s'emparer de la planète Ix dont les habiles ingénieurs ont peut-être transgressé l'interdit : « Tu ne feras pas de machines pensantes ». Et dans l'ombre, les Soeurs du Bene Gesserit poursuivent un plan depuis des millénaires : donner naissance au surhomme qui maîtrisera le temps, lira les avenirs... » (Résumé d’Ailleurs & Demain)

     

                             <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Maison Harkonnen" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Harkonnen</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2000)

                    « Le Baron Vladimir Harkonnen est le plus formidable adversaire de <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">la Maison</st1:personname> des Atréides. Il exploite sans vergogne les ressources en précieuse épice de la planète Arrakis, la légendaire Dune dont il a confié la surveillance à son terrible neveu, Rabban <st1:personname productid="la Bête. Affamé" w:st="on">la Bête. Affamé</st1:personname> de pouvoir, il complote même contre l'Empereur Shaddam, tout juste installé sur le trône. Mais le Baron pervers occupe aussi, à son insu, une position stratégique dans le plan à long terme qu'a formé le Bene Gesserit pour obtenir le Kwisatz Haderach, l'être qui dominera le temps. Il faut qu'il engendre une fille. Or il hait les femmes.<o:p></o:p>

                Sur Dune, Liet Kynes poursuit l'oeuvre secrète de son père : transformer la planète désertique en jardin, futur paradis des Fremen. » (Résumé Ailleurs & Demain)

     

                                <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Maison Corrino" w:st="on"><st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> Corrino</st1:personname> de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2001)

                    « Shaddam, de <st1:personname productid="La Maison Corrino" w:st="on">la Maison Corrino</st1:personname>, vient d'accéder au trône de l'Impérium Galactique. Avec l'aide de son âme damnée Hasimir Fenrig, il a un peu poussé son père vers la tombe pour lui succéder. Et il découvre que le pouvoir suprême est un asservissement à des rites et à des responsabilités dont il n'avait guère idée. Maintenir l'équilibre fragile entre les Grandes Familles du Landsraad et les ordres indépendants, tels <st1:personname productid="la Guilde" w:st="on">la Guilde</st1:personname> des Navigateurs, le Bene Gesserit et le Bene Theilax, n'est pas de tout repos. Shaddam hait la vertu des Atréides mais comment pourrait-il avoir confiance dans leurs rivaux Harkonnen ?<o:p></o:p>

                Sur Dune , la révolte gronde contre les Harkonnen tandis que se poursuit le plan secret des Fremen destiné à transformer leur désert en paradis. Bref, l'histoire suit son train, pleine de bruit et de fureur. » (Résume de l’édition Ailleurs & Demain)

     

                                       <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                Outre la déception qui attend le lecteur et que j’ai déjà détaillée dans l’introduction, ce roman s’acharne à bâtir une intrigue qui n’a finalement que peu d’intérêt et aucun souffle. Pour la première fois, l’univers de Dune ne se complexifie plus et cesse de s’agrandir : Brian Herbert et Kevin J. Anderson n’inventent rien, ils recyclent. Les personnages originaux perdent toute personnalité et se distinguent peu les uns des autres, dans la frénésie d’écriture dont sont victimes les deux auteurs lorsqu’ils écrivent en sachant qu’ils vont gagner gros grâce à la réputation de Frank Herbert. Le pire échoue aux Fremens, personnages complexes qui n’ont ici aucune consistance, alors qu’ils représentaient un des intérêts majeurs pour la série Dune.

                <o:p></o:p>

    Note : 2,5/5<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p>   </o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    • <st1:personname productid="LA GENESE DE" w:st="on"><st1:personname productid="LA GENESE" w:st="on">LA GENESE</st1:personname> DE</st1:personname> DUNE :<o:p></o:p>

    -         <st1:personname productid="La Guerre" w:st="on">La Guerre</st1:personname> des Machines de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2002)

                « Dix millénaires avant les événements relatés dans Dune, l'humanité se trouve soumise à la tyrannie des Machines Intelligentes. Imprudemment, lors de leur expansion dans <st1:personname productid="la Galaxie" w:st="on">la Galaxie</st1:personname>, les sociétés humaines ont confié de plus en plus de responsabilités à leurs ordinateurs. Ceux-ci ont formé un réseau et son élément le plus puissant, OMNIUS, s'est emparé du pouvoir, profitant de la stagnation de l'insouciante civilisation humaine. En réaction, certains humains ont choisi de greffer leur cerveau sur des machines, devenant des cyborgs ou des cymeks, virtuellement immortels. Ils se sont baptisés eux-mêmes les Titans. Enfin, une poignée d'humains rebelles a créé <st1:personname productid="la Ligue" w:st="on">la Ligue</st1:personname> des Nobles pour secouer le joug d'OMNIUS et celui, à peine plus supportable, des Titans. Ainsi va éclater <st1:personname productid="La Guerre" w:st="on">la Guerre</st1:personname> des Machines, qui sera connue plus tard sous le nom de Jihad Butlérien et qui mènera à l'interdiction absolue de la création de machines à l'image de l'intelligence humaine. C'est alors que naissent les Grandes Familles, les Ordres comme celui, féminin, du Bene Gesserit, ou masculins, des Mentats et des Docteurs Suk, et les puissances obscures comme celle du Bene Tleilax. » (Résumé de l’édition Ailleurs & Demain)

     

                                        <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         Le Jihad Butlérien de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2003)

                « Dans Le Jihad butlérien, les choses se compliquent nettement. Serena Butler, enceinte de son fiancé, a été faite prisonnière par les Machines. Elle a été expédiée sur Terre et remise à <st1:personname productid="la Machine Intelligente" w:st="on">la Machine Intelligente</st1:personname> Erasmus qui, fascinée par les humains, la traite bien. Erasmus se complaît à vivre comme un humain dans une villa inspirée de l'Antiquité romaine. C'est là que Serena a son enfant, un garçon, Manion, à la suite de quoi Erasmus la stérilise. Elle se révolte et, pour la punir, Erasmus tue son fils de trois ans. Un soulèvement s'ensuit au moment où Vorian Atreides (encore du côté des Machines) atteint <st1:personname productid="la Terre. Bouleversé" w:st="on">la Terre. Bouleversé</st1:personname>, il décide de sauver Serena et de basculer dans le camp des humains. Il la conduit sur Salusa Secundus, une des planètes libérées par les humains. Peu après, les cymeks détruisent toute vie sur Terre sur l'ordre d'Omnius. Erasmus s'est pour sa part réfugié sur Corrin, ou règne le plus puissant des robots, Omnius. Vingt ans passent. Alors commence le Jihad butlérien. Pour les humains, dans toute <st1:personname productid="la Galaxie" w:st="on">la Galaxie</st1:personname>, Serena Butler devient la figure de proue de la révolte, du Jihad butlérien. Partout les humains se soulèvent contre les Machines au prix de pertes terrifiantes. Ils projettent une attaque nucléaire contre <st1:personname productid="la Terre" w:st="on">la Terre</st1:personname>, où aucun humain n'a survécu et où seules subsistent désormais des Machines. Dans le camp des Machines, le fossé se creuse entre les Machines proprement dites et les Titans et leurs cymeks qui sont d'anciens humains. Les Titans survivants voudraient liquider Omnius. De son côté, Titus, qui a conduit sur Terre la révolte malheureuse contre les Machines et qui s'est échappé avec Serena, convainc <st1:personname productid="la Ligue" w:st="on">la Ligue</st1:personname> des Nobles de lancer sur tous les mondes un assaut décisif contre les Machines. Mais parce que les efforts de Titus ne conduisent qu'à des massacres, Serena décide de prendre elle-même la tête du Jihad. » (Résumé de l’édition Ailleurs & Demain)

     

                                        <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -         <st1:personname productid="La Bataille" w:st="on">La Bataille</st1:personname> de Corrin de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2004)

                « Après Le Jihad Butlérien, il semble que la paix soit revenue dans <st1:personname productid="la Galaxie. Les" w:st="on">la Galaxie. Les</st1:personname> Machines ont reculé sur tous les fronts. Omnius semble en déroute. L'un des principaux artisans de cette victoire, Vorian Atreides, peut espérer savourer enfin sur Caladan un loisir mérité. Mais les Titans survivants et Omnius lui-même, qu'ils ont trahi, n'ont pas dit leur dernier mot. Les Humains libres devront les affronter dans une dernière bataille où tout peut être gagné. Ou perdu. La bataille aura lieu sur Corrin, dernière forteresse d'Omnius. Elle verra les Machines pensantes éradiquées ou les humains retomber dans leur esclavage... La bataille de Corrin laissera un nom dans l'Histoire. » (Résumé de l’édition Ailleurs & Demain)

     

                               

    <o:p> </o:p>

                Cette trilogie est à mon avis la pire de celles qu’ont osé écrire Brian Herbert et Kevin J. Anderson. L’histoire, trop éloignée de celle de l’univers originel de Dune, n’a pas pu être guidée par des notes de Frank Herbert, ou si peu. Et lorsque le duo crée un scénario, ce n’est que déjà-vu et répétitions à l’infini, qui s’enchaînent à toute vitesse sans approfondissement, enlevant une grande partie de la cohérence et la vraisemblance essentielle aux romans. Au moins le découpage mécanique et uniforme des chapitres peut avoir un sens puisqu’il s’agit d’une histoire de robots. Mais que ces robots sont bien pâles ! Il n’y a aucune profondeur dans cette préquelle, qui est néanmoins essentielle pour l’univers de Dune et qu’il faut lire avant de s’attaquer au cycle « Après Dune ».

    Note : 2/5

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    • APRES DUNE :

    -         Les Chasseurs de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2006)

                « Sheana, Duncan Idaho et une poignée de réfugiés ont fui à bord d'un non-vaisseau les terribles Honorées Matriarches juste avant qu'elles ne réduisent en cendres la planète Dune et ses vers producteurs d'épice. Et ils continuent de fuir à travers l'espace inexploré l'Ennemi d'Ailleurs.
                Les Bene Gesserit survivront-elles à l'assaut lancé par les Honorés contre leur dernière citadelle, <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">la Maison</st1:personname> des Mères ? Que sortira-t-il des cuves Axlotl du Theilax? De l'Epice ou bien sous forme de gholas, les anciens héros ressuscités du temps de Paul Muad'Dib ?<o:p></o:p>

                Et qui est l'Ennemi d'Ailleurs ? » (Résumé de l’édition Ailleurs & Demain)

     

                          

    <o:p> </o:p>

    -         Le Triomphe de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2007)

                (Attention ce résumé dévoile beaucoup trop l’intrigue à mon goût) « Après Les Chasseurs de Dune, les héritiers de Frank Herbert mettent avec ce Triomphe de Dune un point final au cycle. Frank Herbert lui-même avait indiqué de façon certes allusive son intention de donner une suite au cycle. La mort de sa femme Beverly en 1984, suivie d’assez près par sa propre disparition en 1986, l’en a empêché. On savait seulement qu’il y travaillait, sur un ordinateur portable, au moment de sa mort. Herbert et Anderson disent avoir retrouvé un plan et des notes détaillées sur un tirage d’imprimante ainsi que deux vieilles disquettes au moment où ils préparaient Avant Dune et s’être inspirés de ces documents pour écrire Après Dune.

                Dans ce dernier volet, on assiste au triomphe de l’humanité sur les machines lors de l’ultime bataille. Grâce à cette victoire, tant remise et tant espérée, l’univers connu est enfin pacifié. On assiste également dans les dernières pages à la renaissance de la planète Dune (détruite à la fin de <st1:personname productid="La Maison" w:st="on">La Maison</st1:personname> des Mères) où les vers (réimplantés par le Bene Gesserit) ont repris leur activité. Un nouveau Kwisatz Haderach, inattendu, le Ghola de Duncan Idaho, tiendra les promesses de Paul Muad’Dib. Enfin, essaiera… » (Résumé de l’édition Ailleurs & Demain)

     

                                             

    <o:p> </o:p>

                L’aboutissement final de <st1:metricconverter productid="18 livres" w:st="on">18 livres</st1:metricconverter> (pour le moment) basé sur des notes de Frank Herbert est-il à la hauteur ? La réussite n’est pas éclatante puisque ces deux romans ne valent pas un décrit par Frank Herbert, mais c’est quand même la plus grande réussite du duo Brian Herbert et Kevin Anderson.

                Pour une fois l’histoire est intéressante, surprenante et bien pensée, ce qui constitue le point fort de ce « Dune 7 » mythique. Les notes de Frank Herbert ont donc bien guidé les auteurs, les empêchant d’inventer on ne sait quelle fin absurde…  Du reste, les révélations sont pour la plupart étonnantes, sauf en ce qui concerne les Belluaires… 

                Mais ce qui tempère cette réussite scénaristique est l’écriture, encore défectueuse, qui introduit souvent très mal les révélations (comme l’identité de l’Ennemi ou des Belluaires), au point d’en gâcher l’effet de surprise… Les personnages ont aussi peu d’épaisseur, et certains éléments de l'histoire qui ont, semble-t-il, été voulus par Frank Herbert sont rapidement escamotés par les auteurs (l'intérêt des résurections de tous ces gholas ? et encore une fois, la planète des Belluaires ?) ; mais ce qui sauve le duo est les quelques traits auto parodiques (j’espère bien que c’était volontaire) qu’ils introduisent par moments dans leur écriture, ce qui montre bien qu’ils ont compris la leçon. Enfin, un superbe passage avec Miles Teg est vraiment digne de la série.

                Une réussite mitigée, donc. Voulait-on vraiment de cette fin ? On est à la fois déçu du résultat, de voir ce qu'ont fait Brian Herbert et Kevin J. Anderson de l'histoire de Dune (alors qu'auparavant ils agissaient indirectement avec leurs préquelles). Mais Frank Herbert ne se relèvera jamais d'ntre les morts pour écrire la suite que tout le monde attendait vraiment... Alors on peut quand même profiter de la satisfaction d'avoir une fin à la série.

    <o:p> </o:p>

    Note : 3,5/5

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    • HEROS DE DUNE :

    -         Paul de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2008)

     

                         

     

    -         Les Vents de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2009)

    -         Irulan de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2010)

    -         Leto de Dune de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (2011)

    <o:p> </o:p>

                Brian Herbert et Kevin J. Anderson continueront-ils leur démolition des personnages de Dune ? L’histoire de ces romans aura-t-elle un quelconque attrait ?

                Mais surtout, quand est-ce qu’ils arrêteront d’écrire des suites, souvent inutiles ?

    <o:p> </o:p>

    III°) L’univers de Dune :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    • Films :

    Adapter Dune au cinéma n'a pas été chose facile. De nombreux projets ont vu le jour, mais seul un a donné un film, celui de David Lynch. Dans tous les cas, des moyens colossaux étaient prévus, comme pour le projet de Jodorowsky, qui devait être le film le plus cher de tous les temps et réunir une multitude d'artistes en tous genres comme Dali dans le rôle de l'Empereur Shaddam... Projet qui a pris trop d'ampleur et que Jodorowsky a fini par stopper, se sentant incapable de prendre et de gérer autant de risques financier.

    Mais finalement quelques années plus tard le projet d'adapation de l'oeuvre de Franck Herbert est revenu d'actualité, et avec un énorme budget (pour l'époque), David Lynch l'a réalisé.

     

                - Dune de David Lynch (1984)

    <o:p> </o:p>

    <o:p>                                </o:p>

     

    Disposant de moyens gigantesques, mais d'un scénario maladroit, cette adaptation est une grosse déception. Enorme échec financier, ce film a depuis acquis un statut particulier, étant classé comme film "culte" mais détesté par beaucoup de monde : David Lynch lui-même a renié son oeuvre (seulement après avoir acquis le prestige que l'on connaît).

    Premier problème : la durée originale prévue pour le film par le scénario : 6 heures. Vu la longueur, l'équipe s'est empressée de simplifier l'intrigue, ce que ne pouvait pas se permettre l'oeuvre originale de Franck Herbert.

     

           

     

    Ainsi le néophyte sera complètement perdu après quelques minutes du fait des ellipses du scnéario, et sera vite gagné par l'ennui à cause de son incompréhension. Ennui qui touchera aussi les lecteurs de Dune, devant la mollesse générale du film et les décéptions qui s'accumulent au fur et à mesure qu'apparaît finalament que les scènes grandioses du film et donc attendues sonont été coupées du scénario et donc du film... Seule la scène du chevauchement du ver des sables reste convaincante.

    De plus les effets spéciaux ont bien vieilli, ce qui gâche encore le spectacle.

    <o:p> </o:p>

                - Frank Herbert’s Dune, série télévisée (2000)

    <o:p> </o:p>

    La pire de toutes les adaptations jamais imaginée par un lecteur de Dune. La première chose qui choque, c'est la laideur des costumes, qui atteignent des sommets de ridicule avec les Bene Gesserits et celui d'Irulan. Puis au fur et à mesure que le film laisse découvrir les différents lieux qui composent l'univers de la planète Dune, on reste ébahi devant la nullité des décors, qui tentent de mêler des styles architecturaux antiques à un univers de science-fiction qui ne demandait rien : ainsi Arrakeen ressemble à une Egypte d'il y a 2000 ans avant Jésus-Christ, alors qu'on est en 26000 après Jésus-Christ ! De même, le traitement pour la famille Harkonnen est déplorable.

    Toute la direction artistique est à revoir. Toute cette cérie mérite d'être censurée ! Enfin, la série a énormément vieillie, bien plus que le film de Lynch, qui, lui, a toujours le charme et la classe des grands films de science-fiction.

    <o:p> </o:p>

                -Dune de Peter Berg (2010)

    <o:p> </o:p>

    Le retour en grâce de Dune au cinéma ? On espère beaucoup de cette nouvelle adaptation qui s'annonce comme un des blockbusters de 2011, produite par Paramount. Peter Berg a annoncé vouloir faire quelque chose de différent de l'univers de Dune que ses prédecesseurs, ce qui est de bon augure. Mais il semblerait qu'il ait une vision "bourrin" du livre et voudrait transformer Dune en un film d'action, un épisode de Star Wars. Il n'y a qu'à attendre...

    Plus d’informations dans la section NEWS du blog.

     

        

    <o:p> </o:p>

    • Jeux :

                Dans cette section je ne commenterai que les jeux que j’ai pu trouver et tester. Vous trouverez plus d’informations sur d’autres sites (voir Pour plus d’informations)

    <o:p> </o:p>

                - Dune 2000 (1998)

    <o:p> </o:p>

    Un jeu qui a bien évidemment vieilli mais qui reste agréable à jouer si on ne s'y attarde pas trop et si on oublie la pauvreté graphique. La musique, elle, est géniale. Comme la plupart des vieux jeux, la difficulté est très relevée.

    <o:p> </o:p>

    • Pour plus d’informations :

    <o:p> </o:p>

    (En rédaction) Le site français le plus complet, incontournable, et surtout toujours actif (grâce à son forum): Dunivers .


  • Commentaires

    1
    visiteur_camill
    Mercredi 2 Juillet 2008 à 16:20
    Brian Herbert et Kevin J. Anderson continueront-ils leur démolition des personnages de Dune ? L?histoire de ces romans aura-t-elle un quelconque attrait ?

    Mais surtout, quand est-ce qu?ils arrêteront d?écrire des suites, souvent inutiles ?
    quand on ne sais pas de quoi on parle on se tait
    2
    visiteur_seb
    Mercredi 2 Juillet 2008 à 16:27
    si c'est pour dire du mal d'herbert c'etait pas la peine de faire ca ecrit leur tt simplement c'est dingue ca tu critique mais bon au fond ton avis on s'en tape moi j'ai bcp aimer les 2 dernier cycle tu a le droit d'avoir ton avis mais bon es tu critique litteraires pour etre aussi..dur enver herbert et anderson.
    3
    visiteur_Farok
    Mercredi 13 Août 2008 à 17:34
    Merci de noter que Frank Herbert s'écrit sans aucun 'c' dans le prénom.
    4
    DACO84
    Dimanche 17 Mai 2009 à 00:19
    Merci d'avoir relevé cette erreur. J'étais conscient au moment de la rédaction de l'article de cette subtilité dans la chronologie de Dune (puisque cette date de création de la guilde est très utilisée dans les romans de Herbert et Anderson) mais comme justement je me suis dit qu'il ne fallait pas faire l'erreur, je l'ai finalement faite.
    5
    Sylvombre Profil de Sylvombre
    Vendredi 29 Mai 2009 à 18:30
    Merci d'avoir relevé cette erreur. J'étais conscient au moment de la rédaction de l'article de cette subtilité dans la chronologie de Dune (puisque cette date de création de la guilde est très utilisée dans les romans de Herbert et Anderson) mais comme justement je me suis dit qu'il ne fallait pas faire l'erreur, je l'ai finalement faite.
    6
    Burseg
    Vendredi 6 Août 2010 à 12:01
    Félicitations pour ce long article bien documenté et intéressant. Je me plonge régulièrement dans l'univers de "Dune" depuis une quinzaine d'années (du jeu de plateau aux livres en passant par les films et la série), sans en être un spécialiste ni, sans doute, un vrai "fan" puisque la période qui m'intéresse le plus est précisément celle qui s'achève avec le second volume de "Dune", à savoir celle du vieil Empire balayé par Paul. Dès lors que la maison Corrino disparaît totalement, après "Les enfants...", je ne suis plus très motivé.

    Vos critiques ont le mérite d'être sans concession mais je vous trouve parfois un peu trop laudatif vis-à-vis de Frank Herbert et un peu trop sévère vis-à-vis de son rejeton. Il est évident que le fils n'a pas le talent du père et que tous les préquels, séquelles, sous-cycles, etc. ne pourront jamais se hisser à la hauteur de l'original. Ceci étant, je fais partie des simples d'esprit qui considèrent l'oeuvre d'Herbert Sr. extrêmement complexe et je reconnais m'y perdre encore. Cette complexité, assortie d'une longueur allant presque croissant au fur et à mesure des tomes, déroute voire décourage parfois les lecteurs (je parle de mes connaissances fans de SF - et ce ne sont pas des décérébrés pour autant) et alourdit considérablement l'intrigue, parfois inutilement à mon avis. Herbert Jr. co-écrit des ouvrages certes beaucoup plus simples - simplistes parfois - qu'on est guère tentés de relire vingt fois mais qui demeurent de bonnes "lectures de plage" ; du roman de SF à l'américaine assez banal mais permettant de retrouver un univers toujours plaisant à étendre (ceci étant, étendre un univers, est-ce possible ?? Paradoxe dunien...). Et si certains personnages perdent de leur mystère et de leur complexité (Shaddam IV, dépassé mais digne dans l'oeuvre originale, est dépeint comme un crétin hargneux bas de gamme), d'autres sont croqués de façon plus respectueuse (Irulan).

    Vous n'épargnez pas non plus la série télévisée qui atteint certes des sommets de ridicule dans le design de certains costumes et décors mais qui ne manque pas de qualités (bonne interprétation, volonté de rendre intelligible et accessible l'écriture d'Herbert, etc.)... avec le budget limité d'une série télévisée, ça ne me semble pas scandaleux. La vraie question à se poser est plutôt celle de la possibilité d'adapter "Dune" au cinéma ou à la télévision... ça me paraît TRES difficile.

    Dernière remarque, mais il s'agit sans doute d'une coquille : vous donnez deux dates pour la mort de Frank Herbert : 1985 et 1986 (il me semble que la deuxième est la bonne).

    Bonne suite, votre blog est très intéressant.
    7
    MTo
    Vendredi 21 Novembre 2014 à 10:41
    Tout à fait d'accord avec la tendance générale de cet analyse, je trouve même que les notes attribuées aux livres des deux pilleurs de tombes sont assez généreuses, j'ai réussi à lire le cycle "Avant Dune" jusqu'au bout, écriture grossière, histoire inintéressante; un calvaire. Je reste très surpris que certains arrivent à défendre ces deux escrocs. Je suis moins d'accord avec le compte rendu du film de Lynch. Certes, le scénario a reçu des coupes trop sèches, les Harkonnens sont caricaturaux et la dernière demi-heure du film est aussi mauvaise que bâclée. Par contre je trouve que l'esthétique du long métrage s'intègre parfaitement dans cet univers (les excellents costumes, décors splendides...), les musiques comme les sons créent une ambiance oppressante à souhait et certaines scènes sont superbes, comme la visite de l'empereur Padishah par un navigateur ou bien la scène du "Hunter Seeker" avec Paul Atreïde. On est loin du chef d'oeuvre et on ne peut que regretter que Lynch n'est pas eu les mains libres pour ce long métrage qui aurait pu rester comme l'un des plus grand films de science fiction. Cela reste quand même un film agréable à regarder.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :